Bambou et thé : un mariage qui dure

thé sur tapis de bambou

Le bambou : un allié…qui date

Nous avons précisé, dans un des articles précédents de ce blog, la date approximative du début de la domestication des théiers. Les ethnies présentes alors dans cette partie Sud Ouest de la Chine actuelle, ont donc commencé leur apprivoisement, il y a environ 5000 ans de cela.

La culture (et l’utilisation !) du bambou, quant à elle, est plus antérieure encore ! Elle date, en effet, d’il y a plus de 6000 ans.

Le bambou : une utilisation multifonction

Les chinois maitrisaient donc cette plante, bien présente dans leur grand pays, tant sur un plan technique (mobilier, arme, support écriture…) que sur un plan culinaire ou médicinal (le bambou contient de la vitamine C, B1, B2, A et une quantité très intéressante en silice).

Lorsque les chinois découvrent le thé, c’est tout naturellement, qu’ils pensent à l’allier avec le bambou. Le bambou devient vite omniprésent depuis la cueillette jusqu’au stockage et à la maturation du thé.

Des cannes de bambou sont apposés sur les troncs des théiers afin de facilité la montée pour une cueillette plus aisée des jeunes pousses de thé ; depuis la récolte au cœur de la forêt, jusqu’au village, les feuilles de thé sont transportées à dos d’hommes et de femmes, dans de larges paniers en fibres de bambou tressées. Arrivées au lieu d’habitation, les tendres feuilles de thé sont réparties sur des nattes tissées en bambous pour le flétrissage, le roulage se fera sur ces mêmes fibres de bambou, ainsi que le séchage au soleil.

Villageois travaille bambou

Le bambou : une union de micro-organismes avec le thé

Une belle biodiversité

Pendant toutes ces étapes, le rôle des fibres de bambou sera capital. En effet, les bambous, qui sont en fait des graminées au même titre que le blé, le riz ou l’avoine sont des plantes étonnantes : leurs différentes fibres sont d’une diversité exceptionnelle, aussi bien morphologiquement que moléculairement; ces mêmes fibres présentent pour les micro-organismes un lieu de vie privilégié, avec de belles accroches pour y encrer les colonies, une bonne capacité de rétention en eau de par les polysaccharides qui les constituent, et une grande diversité de micro-écosystèmes de façon à ce que chaque micro-organisme y trouve sa propre niche. 

On compte plus de 4500 espèces différentes de bactéries et plus 130 espèces de champignons vivant à l’intérieur du bambou, ce qui forme ce que l’on appelle la micro-flore endophytique. Les fibres de bambou constituent à elles-seules l’équivalent d’une « petite forêt amazonienne » en terme de diversité !

Une belle union

Une mystérieuse alchimie va alors s’opérer entre le microbiome du bambou et celui des feuilles de thé, avec de nombreux échanges tout au cours des procédés de transformation du thé.

Ces échanges se poursuivront pendant le conditionnement et la maturation des thés. En effet, pour optimiser le vieillissement des thés pu erh, les feuilles de thé après transformation, sont compressées en galettes ; ces mêmes galettes de thé seront regroupées par nombre de 7 et conditionnées dans des écorces de bambous (encore appelées « gaines »).

D’après de récentes recherches scientifiques, les fibres de bambous ingérées aussi bien par l’homme que par le panda, ont de nombreuses propriétés bénéfiques, en particulier des propriétés détoxifiantes …

panier de bambou

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

Service client
À vos côtés 7j / 7 par mail !
LIVRAISON OFFERTE
À partir de 50€ d'achat !

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,