4ème partie: Démocratisation mondiale du thé 

Découvrez la suite et la fin de la merveilleuse épopée du thé ! 

Commerce du thé démultiplié par l’ouverture du canal de Suez 

Dès 1869, grâce à l’ouverture du canal de Suez, des bateaux vapeurs peuvent dorénavant transporter du thé beaucoup plus rapidement vers les pays occidentaux. Le thé cueilli et transformé récemment peut enfin emplir les théières d’une population toujours plus nombreuse, avec ses arômes frais et ses bienfaits de plus en plus reconnus. 

Sous le règne de la reine Victoria (1837-1901), les plantations de thé se développent en Inde à plus grande échelleLe thé noir est principalement apprécié. Par ailleurs, l’échec des essais de plantations de caféiers à Ceylan vont même booster la demande et la production de thé, non seulement en Europe mais aussi en Australie et en Amérique du Nord ! 

La pause « thé »  

Vers la fin du 19ème siècle, en Angleterre, les ouvriers effectuent des travaux longs et difficiles. Il faut en effet répondre aux demandes exponentielles issues de la révolution industrielle. Afin d’entrecouper ses longues heures de dur labeur, les patrons anglais décident de proposer des pauses « thé » : une dans la matinée et une autre l’après-midi. Les domestiques de maison auront même droit à des allocations de thé ! 

La légende des « tea time » persiste et signe essentiellement lorsque les dames de la haute société anglaise organisent à l’échelle nationale des après-midis « thé ». Elles s’habillent pour l’occasion de robes spécifiques sans corset (amples toges). Les suffragettes (celles qui vont lutter pour le droit de vote des femmes) aiment d’ailleurs à se retrouver dans ces salons de thé. 

En 1908, Thomas Sullivan, un marchand de thé new-yorkais a l’idée d’envoyer à sa clientèle des échantillons de thé dans de petites pochettes de soie…La mode est alors lancée jusqu’à en devenir un mode de dégustation commun puisqu’en 1920, le thé en sachet fait officiellement son entrée sur les marchés mondiaux. 

Pause commerciale lors de la 2ème guerre mondiale 

Un blocus général du thé s’abat sur les marchés. Les grandes routes de commerce du thé sont en effet bloquées par la guerre. Il n’est plus possible d’exporter du thé noir par l’Atlantique. 

Le thé va être rationné à 56 g par semaine sauf pour les militaires et les services d’urgence. Cet état de fait montre malgré tout à quel point le thé est devenu une boisson indispensable ! 

La révolution chinoise : abandon des coutumes ancestrales et développement de cultures industrielles 

En Chine, la révolution communiste de 1949 va marquer les us et coutumes chinois. Une majorité des maisons de thé ferment. On réaffecte les producteurs de thé à d’autres types de travail parfois même dans d’autres provinces que les leurs. Mais si les savoirs ancestraux sont mis de côté, la nouvelle gouvernance chinoise décide de développer de façon intensive la culture de thé et d’industrialiser ses méthodes de transformation. C’est ainsi que le thé glacé et ensaché font leur apparition sur les marchés chinois.  

Le thé : un enjeu économique jusqu’à aujourd’hui 

Le marché chinois n’étant plus exclusif quant à la production du thé, le monde occidental peut se relever de la guerre et consommer de nouveau du thé sans restriction.  

Il est à noter aussi que, petit à petit, la Chine assouplit son régime et de nouvelles maisons de thé réapparaissent. Les modes ancestraux ne sont plus perçus comme subversifs. Des universités se spécialisent même sur l’étude du thé. Des associations culturelles et des festivals se mettent au service de la « culture du thé » et du lien indéniable que la Chine a eu et a encore avec cet arbre, le Camellia sinensis, son développement, ses techniques de transformation et sa popularité mondiale. 

En 1957, l’invention d’une machine du nom de Rotorvane va aider encore à une plus grande productivité du thé. Cette machine va aider à rouler très rapidement le thé (le roulage fait partie d’un des modes de transformations du thé). Une plus grande productivité pour une consommation plus importante encore : le thé vit de nouveau des moments de grande croissance économique et ce jusqu’à nos jours. 

 

the récolte travail

Petite conclusion … 

De 2737 ans avant J.-C où l’empereur Shen Nong découvre accidentellement ou plus exactement providentiellement l’infusion de thé alors qu’il dort à l’ombre d’un majestueux théierjusqu’à notre époque où les cultures de thé se sont tant intensifiées qu’elles en sont devenues « industrielles » … Que de rebondissements ; quel essor du thé à travers le monde ! 

Nous pouvons donc affirmer que le thé s’est en effet démocratisé sur l’ensemble du globe. Et s’il est vrai que tous peuvent ainsi le consommer à un prix particulièrement raisonnable, nous pouvons néanmoins nous interroger sur la qualité du thé d’aujourd’hui. Les monocultures appauvrissent les sols d’année en année ; la biodiversité disparait peu à peu ; les méthodes de transformations mécanisées finissent de « dé biodiversifier » des feuilles qui à l’origine étaient d’une grande richesse en micro-organismes… 

Le consommateur peut agir et faire changer les modes de consommation. 

Thés de Forêt s’est engagé à préserver cette richesse vitale de la biodiversité ainsi que les méthodes de transformation ancestrales permettant au thé de rester « vivant ». Une production raisonnée pour une consommation de qualité. 

Bonne dégustation à tous et toutes !  

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

Service client
À vos côtés 7j / 7 par mail !
LIVRAISON OFFERTE
À partir de 50€ d'achat !

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,